Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 14:28

Un jour, le grand Prévert, devant un tribunal,

Est venu à la barre, apporter son soutien

À un pauvre quidam qui aimait bien son chien.

Et cette qualité valait vertu morale.

 

Ce quidam en question était là pour larcins

Et quelques algarades qu’il avait perpétrées

Envers des commerçants et la maréchaussée.

Faut dire qu’il les avait gâtés, les argousins.

 

À toutes les questions qui lui étaient posées,

Prévert avec malice et un brin tragédien :

« Monsieur le Président, cet homme aime son chien ! ».

Il ne pouvait donc être, ce vaurien supposé.

 

Il faut dire que la Cour, un brin interloquée,

Eut grand’ peine à admettre cette argumentation

Du poète populaire, témoin de compassion :

Puisqu’il aimait son chien, il faudrait l’acquitter.

 

L’histoire ne dit pas ce qu’il advint de l’homme.

Aimer les animaux est une qualité.

Pour Prévert en tout cas, elle est humanité :

Bonté pour les hommes et amour des bêtes, en somme.

 

 

 

Jean-Charles Theillac

12 octobre 2006

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires