Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

21 avril 2014 1 21 /04 /avril /2014 12:39

Le 3 juin 2013 je publiais sur mon blog le texte intitulé "Victimes et scélérats", http://www.theillac.com/article-victimes-et-scelerats-118334272.html, qui se terminait par ce quatrain:

 

"La Justice ordinaire, à la fin  jugera.
Fulgurante et sereine, elle t’infligera
Ainsi qu’à ton engeance, un immense fatras.
Serons-nous encore là ? Victimes et scélérats."

 

Depuis, après avoir signé un protocole transactionnel en août 2013, je vois que les choses ne s'arrangent pas du côté des victimes. Quant à moi, Servier m'a "cousu la bouche" : je n'ai pas le droit de m'exprimer sur le sujet. Mais je peux écrire un poème, alors...

Hommage te sois rendu, Jacques Servier, tu es mort.
C’est ainsi que la vie en finit  ici-bas.
Certains la balbutie, d’autres en jouent encor’
C’est à la fin je crois, que l’on triomphe, ou pas.


En ton nom, ton engeance à signé protocol’,
Léonin, sournois, malin, ficelé, retors,
Que j’ai signé aussi. Funeste carambol’
De ton âme damnée, mère de Médiator.


Les termes de ce texte, ne te font aucun tort.
La pilule était douce et son effet suave,
Et c’est à nous la faute, et nous étions pléthore,
D’avoir cru au remède. Nous en étions esclave.


Tant vains soient mes mots et vaines mes souffrances
Ne sont-ils pour servir que potence au gibet ?
Ton audace a trahi et terni l’espérance
D’un remède voilant tes actions au rabais.


Je pense à toi Jacques Servier, fi de ton âge,
Fi de l’égard auquel  tu aurais droit, tant pis,
Mon cœur se souviendra de ce grand sabotage,
Du souci de l’angoisse dedans ce corps flapi.


Pour solde de tout compte et de toute rancune,
Pour orner ton trépas, ces quelques mots d’humeur
Des « jouets » de ton œuvre, oubliés d’infortune,
Mais en vie et toujours,  en quête de bonheur.

Jean-Charles Theillac


 

 

 

"ON A MANQUÈ DE COURAGE" par le professeur Jean-François Bergman, ancien vice-président de la Commission de mise sur le marché de l'ancienne agence du médicament

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC
commenter cet article

commentaires

en savoir plus 25/08/2014 05:18

Je vous approuve pour votre critique. c'est un vrai charge d'écriture. Continuez



Remonter une idéosurveillance, on service des clients normes françaises avec les depannage . Pied de serrurerie. Services électriques renconforte de clef POUR REFAIRE UN DOUBLE DE PORTE D?ENTRÉE PARIS ET BANLIEUE. Serrurier paris Pour un dépannage de paris