Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 09:32
« C’était bien chez Laurette, quand on faisait la fête,

C’était bien c’était chouette quand on était fauché »

Ma Laurette en ce temps s’appelait Marguerite.

Elle tenait un bistrot quelque peu insolite :

Le comptoir en vieux bois, le mobilier coquet,

Donnaient une belle âme à ce petit troquet.

 

L’ambiance ainsi créée était très appréciée

Des jeunes gens fougueux que nous étions alors.

La maîtresse des lieux, tel un bon tenancier

Maniait le « bâton » comme un sergent-major.

 

Avec tous ces jeunes, pas facile à gérer,

Elle excellait surtout, dans la diplomatie.

Les rencontres fortuites, qu’elle savait provoquer,

De son air ingénu à quelques facéties.

 

Avec sa Thunderbird, André-Marie le beau,

Et Francis en Alpha, à cette époque-là

La caisse, c’était la classe, moi j’avais un’ Simca

Ce point de rendez-vous c’était l’Eldorado.

 

Et puis y’avaient les filles, très important les filles.

Un juke-box de légende égrenait Adamo :

« Mais laisse mes mains sur tes hanches », c’était beau.

C’était chouette ce temps, celui de la gambille.

 

Mes Violaine, Lydie, Françoise et Anne-Marie

Étaient de vraies copines, des flirts à l’infini,

Ou de vraies amourettes que nous chantaient Leny

Les soirs de vague à l’âme et de mélancolie.

 

Madame Marguerite, elle aussi consolait

Nos cœurs tendres et gros, des rendez-vous manqués,

Des regards échappés vers d’autres freluquets,

De l’absence chagrine d’une belle manquée.

 

Au coin de cette rue, dans ce bistrot sans nom,

J’y ai des souvenirs merveilleux et cruels,

Mais j’en garde l’odeur et le goût de citron

D’un Martini glacé partagé avec elle.

 

28 juillet 2008

 

Jean-Charles Theillac

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires