Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 11:07

Paquet JPS 2
Traiter en alexandrins un tel sujet est une véritable gageure. La complexité de la question physiologique ainsi que le comportement psychologique des personnages sont telles, qu'il est très difficile d'en définir le contour. Mon souhait est de m'exprimer sur la gravité de l'évolution de l'état de santé des victimes ainsi que leur volonté d'obtenir une réparation morale et matérielle. Demain, il sera trop tard. Le temps judiciaire et le temps qu'il nous reste, n'ont rien de comparable. La négation des faits du "clan" de Jacques Servier devient surréaliste et une injure à l'humain, au bon sens.

La pompe primordiale, je viens d'en être instruit,
N'en a cure des soins et attentions portées.
Elle badine, elle bredouille, sa systole s'ennuie
Et traduit un état voisin de la duplicité*.

Elle en a les atouts, les contours et les sens.
D'organe similaire en tous points, et l'usage
D'assurer de la vie, le destin et l'essence
Sans y être contrainte, elle s'abîme et ravage.

Le remède inventé par un sorcier en diable,
Charlatan patenté, alchimiste cupide,
Que n'a tu reconnu ton appétit coupable,
D'avoir autour de toi abusé les séides* ?

Hypokinésie

C'est le terme employé par les hommes de l'Art.
Ma pompe primordiale en a pris un "vieux coup".
Me faudra t-il encor'  démontrer l'avatar ?
Je n'en aurai la force, ni le temps, ni le goût.

Désormais ma vie n'a plus l'attrait, la saveur
Du printemps renaissant et de l'aube nouvelle.
Elle inspire  plutôt, le fardeau, la sueur
D'un retour de labeur, qu'un' soirée de Noël.

"Médiator m'a tuer", ne t'en déplaise Jacques.
J'étais de tes clients, le plus fidèle et puis
Trente trois ans après, me voilà à l'ubac*,
Les forces m'abandonnent et mon chemin s'enfuit
.

QPC : question prioritaire de constitutionnalité

Mais la priorité pour toi, d'examiner
Cette heureuse occasion de gagner un peu d'air
Et de désespérer encor' plus les damnés
De la valve, tes victimes piaculaires*.

Mentir et tout nier, devient insupportable.
Reconnaître sa faute est, dit-on, salutaire.
N'y a t-il pas  chemin qui serait convenable
D'emprunter pour lever cette graine de terre.
 

Le temps presse et s'en va, la vérité éclate.
La noblesse et la générosité : vertus,
En extinction  sont-elles ? Nos cœurs incarnates*
De battr' s'arrêteront et tu seras foutu !

 

Jean-Charles Theillac

le 12 juin 2012

 

*La pompe primordiale : le cœur
*Duplicité :
Caractère de quelqu'un qui ne se montre pas tel qu'il est, qui présente intentionnellement une apparence différente de ce qu'il est réellement ; hypocrisie, fausseté
*Les séides :  Homme d'un dévouement aveugle et fanatique.
*L'ubac : Versant d'une vallée de montagne exposé à l'ombre
*Piaculaires : expiatoires
*Incarnates : d'un rose vif


kinésie (grec kinesis, mouvement)    nom féminin PHYSIOLOGIE Activité musculaire ; mouvement.
Echographie du 11 octobre 2011
L'électro cardiographie retrouve un ventricule gauche de taille normale avec une fraction d'éjection surestimée par la méthode de Teichholtz à 80%
Echographie du  4 juin 2012
HYPOKINESIE GLOBALE. HYPOKINESIE APICALE
Les paramètres de contractilité sont abaissés.
Le pourcentage de raccourcissement des diamètres a été mesuré à 24% (normale > 30%).
La fraction d'éjection par la méthode de Teichholtz a été mesuré à 47% (normale >60%)

Irène Frachon le 14 mai au Tribunal de Nanterre

QPC : question prioritaire de constitutionnalité
Le 21 mai 2012, le Tribunal de Grande Instance de Nanterre renvoyait cette QPC devant la cour de Cassation
Compte-rendu d'audience  de Sophie Parmentier sur France-Info

Le procès est reporté au 14 décembre 2012

 

Rappel des épisodes précédents:

 

Message personnel à M. Jacques Servier

Allo docteur! Emission du 19 septembre sur France 5

Je pense à toi...Jacques SERVIER

Médiator ou ''le coeur en zizanie''

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 10:10

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Témoignage
commenter cet article
29 mai 2012 2 29 /05 /mai /2012 12:25

France 3 info 19-20 du 25 mai 2012

Le reportage "audio" de ce journal où France 3 apporte une nouvelle pièce au dossier. Le médiator était bien un anorexigène donc un poison.

 

 

Lucy Vincent : la "Morano" de Servier...

ou la voix de son maître...

 

 

 

 

...et menteuse, en plus!

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Témoignage
commenter cet article
25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 12:15

Quand je lis et entends Irène Frachon, je pense à toi.
Quand le souffle me manque, je pense à toi.
Quand les médecins estiment une dyspnée d'effort de grade II à III, je pense à toi
Quand j'apprends que mon espérance de vie sera moindre, je pense à toi.
Quand mon cœur fibrille, je pense à toi.
Quand je me rase, je pense à toi.
Quand je saisis chaque matin et soir ma "valise" de médicaments, je pense à toi.
Quand je vais au labo, trop souvent, je pense à toi.
Quand les veines de mes bras sont indurées, je pense à toi.
Quand j'entre dans une pharmacie, je pense à toi.
Quand j'ai des difficultés à tenir mon INR, je pense à toi.
Quand le soir venu, dans le silence, mes valves claquent, je pense à toi.
Quand par accident en mangeant des chips à l'apéro d'un soir, je blesse ma langue. Le sang coule, coule, jusqu'au lendemain après-midi, et qu'il me faut l'intervention dans un service
d'urgence, d'un ORL pour faire un point suture sur la langue, je pense à toi. Quand il m'arrive de me blesser la joue, (appareil dentaire agressif) le sang coule toute la nuit
et mon oreiller s'en souvient, je pense à toi.
Quand je vais pisser toutes les heures, jour et nuit, à cause de la dose de diurétique journalière pour pallier les risques d'œdème, je pense à toi.
Quand je dois surveiller ma tension pour quelle ne s'emballe pas, je pense à toi.
Quand je ne peux plus consommer d'aliments riche en vitamine K, je pense à toi.
Quand je prends conscience que ces traitements et ses effets secondaires me sont imposés
jusqu'à la fin...de ma vie, je pense à toi.
Quand la sexualité n'est plus qu'un souvenir, je pense à toi.
Quand la fatigue me tombe dessus, atteignant vite l'épuisement (syndrome du sac de sable), je pense à toi.
Quand ma survie ne dépend que d'une petite pile électrique, et que j'en prends conscience, je pense à toi.
Quand je songe à ce qu'aurait pu être ma vie sans le médiator; je pense à toi.
Quand je pense aux conséquences financières, aux coûts supportés par la Solidarité nationale, aux gains que tu as engrangés, je pense à toi.
Quand j'observe l'attitude sans vergogne montrée au Tribunal de Nanterre par ton entourage et tes avocats, je pense à toi.
Quand l'anxiété me gagne en songeant à l'espérance de vie à quinze ans qui est diminuée de moitié, et que ton seul souci aujourd'hui est de gagner du temps, je pense à toi.
Quand je songe à la haine qui me dévore, je pense à toi.
Quand je vois la morgue que déploie ton entourage, je pense à toi.
Quand je regrette de ne pas être resté auprès des miens dans ce Pays Basque que j'aime à cause de ton putain de médiator, je pense à toi, ESCROC.

 

Ose un peu me poursuivre pour t'avoir qualifié "d'escroc", je suis en légitime défense.

 

La véritable "légitime défense" serait de venir à l'audience te donner une gifle symbolisant réparation de tout le mal que tu as fait à des fins de mercantilisme éhonté et surtout de mettre ma main sur la gueule de ta porte-parole qui ne sait pas mesurer le poids de ses paroles mais qui je pense apprécierait le poids de mes cinq doigts.

 

A force de penser à toi, j'ai de la compassion. Ton chemin arrive à terme et l'épreuve que tu traverses, n'a d'égal qu'une partie des souffrances cumulées par les uns et les autres, par ceux qui ne sont plus... et ça fait du monde.

 

Toutes les sommes d'argent ne viendront pas réparer les effets de ce POISON, quoique, on peut en parler... à bientôt.

-Vade retro apotheca veneficus -

 

Paris le, 25 mai 2012

editions-dialogue.fr

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Témoignage
commenter cet article
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 06:00

Ces témoignages ont été recueillis par Sophie Parmentier

Victime du Mediator : "Servier ? C'est un petit bandit, un affreux industriel"

le Lundi 14 Mai 2012 à 07:51

Alors que le premier procès pénal du Mediator s'ouvre aujourd'hui, Jean-Charles Theillac revient sur son expérience. Lui a consommé du Mediator de 1976 à 2009, et souffre aujourd'hui comme beaucoup d'autres de gros problèmes cardiaques. Il fait partie des 300 parties civiles de ce procès, mais ne se fait aucune illusion sur l'éventuel repentir de Jacques Servier : "Seul la justice lui fera plier les bras", dit-il.

  TROMPERIE AGGRAVEE 

Aujourd'hui, 14 mai, le premier procès du Mediator s’ouvre au Tribunal de grande instance de Nanterre. Les laboratoires Servier, leur filiale Biopharma et leur président-fondateur Jacques Servier, ainsi que plusieurs dirigeants de la firme, sont poursuivis pour « tromperie aggravée » au préjudice de dizaines de patientes et de patients – il s’agit en très grande majorité de femmes – qui ont consommé du Mediator.

 

Voir les articles précedents :

Médiator ou ''le coeur en zizanie''

Message personnel à M. Jacques Servier

Allo docteur! Emission du 19 septembre sur France 5

33 ans de MEDIATOR

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Témoignage
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 10:17

images2

-Dis-moi,  pourquoi veux-tu toujours une réponse
À toutes ces questions,  qui te viennent en quinconce ?
Une fois c’est la vie ou la couleur des choses.

L’autre fois c’est l’ennui ou la beauté des roses.
Pourquoi moi ? Pourquoi toi ? Et pourquoi tous les deux
Sommes-nous là, sur un banc, à guetter le Bon Dieu ?...


Le Bon Dieu ou le diable, peu importe lequel
Des deux arrivera, malgré tes insistances,
À répondre à tes vœux, d’ancienne jouvencelle,
De savoir avec qui j’aurais eu appétence.
Ni le Dieu, ni le diable, ne seront retenus,
La limite est passée et l’affaire entendue.


-Tu ne veux pas répondre, comme à ton habitude.
L'esquive en guise d'arme et de tes larmes folles
Tu ne tireras rien de telles paraboles.
Tes appétits passées... c'est un sujet d'études ...
C'est demain qu'il convient à présent d'avancer.
Combien ton imagination a de sens et d'effet ?


-Quoique... te répondrais-je ! Mon imagination,
Est sans fin et brillante, il n'est pas interdit
Qu'ell' se veuille pimpant', voire en lévitation !
Mais Cupidon possèd' des ressources, pardi !
Les anges n'en ont pas..., de sexe évidemment.
Ils inspirent et stimulent..., ils aiment les amants.


-Cessons-là nos querelles et donne-moi ta main.
Ta peau est douce et tendre et en fermant les yeux,
J'imagine aisément Cupidon dans ses jeux,
Escortant notre envol dans des mondes lointains.
Volupté souveraine, divine et absolue
De deux âmes en fredaine, avides et goulues.


-Tais-toi un peu, poète de mes ...  Adieu
Troubadour de balcon, je me suis retirée.

-Ouvre tes yeux, idiot ! Sur ce banc, furieux,
Je "ravale" mes rêves et mes plaisirs. Viré !...
Je ne suis pas têtu, ... Quelque peu entêté.
Dis-moi ... heu...à bientôt ! Peut-être cet été ?

Jean-Charles Theillac

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 20:28

IMG 0536

Soudain j'entends des bruits, craquetant, peu cordiaux.
De l'endroit où je dors, il me vient un soupçon.
Tu l'as rêvé, me dis-je, je baisse la radio.
D'une oreille attentive je scrute tous les sons.

Ils viennent de partout et se font plus précis.
L'angoissante fumée monte en panaches crasses,
De sinistres volutes, des odeurs de roussi,
Le diable s'insinue et envahit l'espace.

Réveiller les voisins, alerter les pompiers,
L'urgence est salutaire et dans la nuit des voix
Me rassurent et m'entraînent à sortir du guêpier,
Mais de là où je suis, il me faut du sang-froid.

Attendre calmement, qu' hissée la grande échelle,
Vienne me délivrer de cet enfermement,
Enfumé, étouffant, un sapeur solennel,
Me guidant sur la rampe précautionneusement.

Hommage à toi brave homme et à tous tes confrères.
Du feu, vous en êtes soldats. De ruelles en cours,
Vous êtes les héros de nos temps délétères.
Au péril de vos vies,  vous osez les secours.

Jean-Charles Theillac

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 10:11

Cet article déjà publié en décembre 2008, est tristement d'actualité.

 

Le changement de siècle est en train d’apparaître

Entrainant dans le flux de ses eaux bondissantes,

Toutes idées reçues, toutes les raisons d’être,

Le temps de certitudes et les gloires finissantes.

 

Ce tsunami mental, cette hérésie funeste

Pourraient bien égaler, en malheurs et en peines,

Les grandes tragédies, les pandémies de peste,

Les profits et mépris et les ferments de haine.

 

Des mondes virtuels aux concepts fictifs,

Des écrans de fumée en guise de pare-feu,

On assiste incrédule, soucieux et attentif,

À la fin d’un empire, à l’agonie d’un dieu.

 

Avant que n’apparaissent les contours incertains

D’un siècle qui débute, soubresauts et chaos

Agiteront le monde de ceux qui n’ont plus rien,

Plus d’espoir, plus d’amour et la faim en écho.

 

Certains sont à compter leurs milliards perdus

Dans l’immense dédale de la « financerie ».    

On pourrait compatir si nous n’étions pendus

Déjà aux conséquences de cette escroquerie.

 

Jean-Charles Theillac

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Témoignage
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 11:34
Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Document d'auteur
commenter cet article
28 septembre 2011 3 28 /09 /septembre /2011 07:07

   
Ce message personnel à M. Jacques Servier est un extrait de mon poème "Le coeur en zizanie" publié sur mon blog  début juillet 2011. Cette vidéo a été réalisée par AFPTV.
Que M.Servier veuille bien me pardonner la petite familiarité finale (elle n'était pas que familière). Après tout, je lui dois le respect. Mais moi, je n'ai trompé personne...et jusqu'à présent, personne n'est mort d'avoir lu mes poèmes!
Il y a 35 ans, j'étais en bonne santé.

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Document d'auteur
commenter cet article