Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 17:12
 

Ce texte écrit il y a plus de 50 ans
par Georges Brassens est
toujours d'actualité. Ecoutez et lisez :
c'est pas du rap, c'est pas du slam, mais ça en dit long
sur les problèmes de notre temps

Un récent article sur le blog de Paul Jorion vient éclairer ce texte d'un jour nouveau : L'ado que son paternel va chercher au commissariat

 

Nous étions quatre bacheliers
Sans vergogne
La vrai' crème des écoliers
Des écoliers

Pour offrir aux filles des fleurs
Sans vergogne
Nous nous fîmes un peu voleurs
Un peu voleurs

Les sycophantes(*) du pays
Sans vergogne
Au gendarmes nous ont trahis
Nous ont trahis

Et l'on vit quatre bacheliers
Sans vergogne
Qu'on emmène, les mains lié's
Les mains lié's

On fit venir à la prison
Sans vergogne
Les parents des mauvais garçons
Mauvais garçons

Les trois premiers pères, les trois
Sans vergogne
En perdirent tout leur sang-froid
Tout leur sang-froid

Comme un seul ils ont déclaré
Sans vergogne
Qu'on les avait déshonorés
Déshonorés

Comme un seul ont dit: "C'est fini
Sans vergogne
Fils indigne, je te reni'
Je te reni' "

Le quatrième des parents
Sans vergogne
C'était le plus gros, le plus grand
Le plus grand

Quant il vint chercher son voleur
Sans vergogne
On s'attendait à un malheur
A un malheur

Mais il n'a pas déclaré, non
Sans vergogne
Que l'on avait sali son nom
Sali son nom

Dans le silence on l'entendit
Sans vergogne
Qui lui disait: "Bonjour, petit
Bonjour, petit"

On le vit, on le croirait pas
Sans vergogne
Lui tendre sa blague à tabac
Blague à tabac

Je ne sais pas s'il eut raison
Sans vergogne
D'agir d'une telle façon
Telle façon

Mais je sais qu'un enfant perdu
Sans vergogne
A de la corde de pendu
De pendu

A de la chance quand il a
Sans vergogne
Un père de ce tonneau-là
Ce tonneau-là

Et si les chrétiens du pays
Sans vergogne
Jugent que cet homme a failli
Homme a failli

Ça laisse à penser que, pour eux
Sans vergogne
L'Evangile, c'est de l'hébreu
C'est de l'hébreu


Georges Brassens

(*)Sycophante
1.
ANTIQUITÉ GRECQUE Personne qui dénonçait les atteintes au bien public.
2.
Littéraire. Calomniateur, délateur, mouchard.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Chansons
commenter cet article

commentaires

BOUCHER DOLORES 24/09/2010 12:19



mpagnifique se site quel talent bravo jean-Charles je le mets en lien sur mon blog


bisous DOLORES