Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

7 février 2014 5 07 /02 /février /2014 12:49

Une Constitution écrite, pensée, conçue

Par des constituants, de la plèbe à la haute,

Désignés par le sort d’un tirage sans faute

Nous ferait citoyens, quidam, stricto-sensu. 

 

Les grands embobineurs,  professionnels ou non,

Les carriéristes élus puis réélus à vie,

Aux ordres des banquiers, leurs fidèles nervis,

Rentreront dans le rang, celui de l’artimon.

 

Les jurés d’assises rendent bien la Justice

Au nom du peuple, ils en honorent ainsi l’éclat

D’être tirés au sort, gageant le postulat

De la devise qui orne nos frontispices.

 

Ils aiment le pouvoir, ce un pour cent fantoche,

Dégoulinant d’oseille et la main sur le cœur,

Nous promettent merveilles et meilleures liqueurs,

Que nous n’aurions sans eux, entre-temps ils empochent.

 

Sans contrôle efficace, nous leur laissons les clés

De cette République, une et indivisible,

Insécable, affaibli, indocile, intangible,

Qu’ils mènent sans vergogne vers un destin bâclé.

 

Cette aristocratie, cette frange dorée

Nous entraine bien loin de la démocratie.

En conflit d’intérêt bien compris et concis,

Ils écrivent et appliquent les textes préparés.

 

Séparer les Pouvoirs devient une évidence.

Exercer le contrôle du peuple souverain

Sur les tirés au sort, graver la Loi d’airain,

Se retirer alors sans heurt et sans nuisance.

 

Elle aurait belle allure notre démocratie !

Constituants, exécutants dépareillés

Du peuple issus, révocables et surveillés,

C’est volonté du peuple dans sa suprématie.

 

Jean-Charles Theillac

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Poésie Politique
commenter cet article

commentaires