Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 10:17

images2

-Dis-moi,  pourquoi veux-tu toujours une réponse
À toutes ces questions,  qui te viennent en quinconce ?
Une fois c’est la vie ou la couleur des choses.

L’autre fois c’est l’ennui ou la beauté des roses.
Pourquoi moi ? Pourquoi toi ? Et pourquoi tous les deux
Sommes-nous là, sur un banc, à guetter le Bon Dieu ?...


Le Bon Dieu ou le diable, peu importe lequel
Des deux arrivera, malgré tes insistances,
À répondre à tes vœux, d’ancienne jouvencelle,
De savoir avec qui j’aurais eu appétence.
Ni le Dieu, ni le diable, ne seront retenus,
La limite est passée et l’affaire entendue.


-Tu ne veux pas répondre, comme à ton habitude.
L'esquive en guise d'arme et de tes larmes folles
Tu ne tireras rien de telles paraboles.
Tes appétits passées... c'est un sujet d'études ...
C'est demain qu'il convient à présent d'avancer.
Combien ton imagination a de sens et d'effet ?


-Quoique... te répondrais-je ! Mon imagination,
Est sans fin et brillante, il n'est pas interdit
Qu'ell' se veuille pimpant', voire en lévitation !
Mais Cupidon possèd' des ressources, pardi !
Les anges n'en ont pas..., de sexe évidemment.
Ils inspirent et stimulent..., ils aiment les amants.


-Cessons-là nos querelles et donne-moi ta main.
Ta peau est douce et tendre et en fermant les yeux,
J'imagine aisément Cupidon dans ses jeux,
Escortant notre envol dans des mondes lointains.
Volupté souveraine, divine et absolue
De deux âmes en fredaine, avides et goulues.


-Tais-toi un peu, poète de mes ...  Adieu
Troubadour de balcon, je me suis retirée.

-Ouvre tes yeux, idiot ! Sur ce banc, furieux,
Je "ravale" mes rêves et mes plaisirs. Viré !...
Je ne suis pas têtu, ... Quelque peu entêté.
Dis-moi ... heu...à bientôt ! Peut-être cet été ?

Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires

clovis simard 28/04/2012 17:25


Blog(fermaton.over-blog.com), No-19. - THÉORÈME FRACTICE.  


- Vous croyez au HASARD ?

Jean-Charles THEILLAC 28/04/2012 18:20



Non, pas du tout. Il y a toujours une raison à toute chose.