Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 14:19

  ... à Irène Frachon


Qu'ils soient bons ou meilleurs, les vœux sont échangés,
Sincères ou timorés, ardents ou légitimes.
Ils doivent contenir néanmoins, immergé,
Le parfum émanent des richesses intimes.


Vers qui vœu va, il va. De qui vœu vient, revient.
La pensée ambitionne,  transcende l'incertain
Pour le rendre possible et embellir le lien
Invisible et ténu, des vœux vers un destin.


Regain de volonté de nature vagabonde,
Cette année verra l'ombre d'une résurrection.
Une douce pagaille, fondatrice et féconde,


Élan revigoré vers une rédemption,
Aubaine salvatrice, riche en étrangetés.
A l'aube de ce jour, bonne année, bonne santé !


Jean-Charles Theillac

 

Je dédie ce poème à Madame Irène FRACHON,
médecin pneumologue au CHU de Brest, sans qui,
ce sonnet n'aurait pas lieu d'être.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires