Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 14:56

Mireille, de mes dix ans tu en étais la reine.

Ton regard se portait sur tout autre que moi.

Ta main sur mon épaule, aujourd’hui en émoi,

Chantant « Brave Margot » d’une émotion sereine.

 

« Et les enfants de chœur ont des pensées impures… »

Etait de circonstance dans ce climat divin.

Pardonne l’intention d’avoir rêver en vain,

Romantisme perçu d’un sentiment si pur.

 

Ta volonté de vie, ta force est ton destin.

Loin des larmes d’espoir, des tourments de la vie,

Tu paraissais divine, rayonnante et ravie

D’être là parmi nous, pour partager le pain.

 

De cette communion  d’enfants d’un si grand cœur,

Est né depuis ce jour l’aurore d’un crépuscule

Dont tu feras partie, en lettres majuscules,

Dans mon âme gravée, à tout jamais ma sœur.

 

A bientôt te revoir, me comblera de joie,

De rires à en pleurer, de parfum de Savoie.

Ma Mireille attentive, sensuelle ma foi,

Je t’offre ce poème pour que tu penses à moi.


 

Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires