Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

5 juillet 2007 4 05 /07 /juillet /2007 16:47

Le 30 juin 2007, au Bleymard en Lozère, nos amis
Dominique et Jean-Claude Paulhiac, avaient convié les
anciens de la classe de CM1 1954-1955 de Viry-Noureuil
(Aisne) à des retrouvailles.
Moments d’émotions intenses quand nous nous sommes reconnus 
après parfois, cinquante années de distance. Tous n’ont pu être là,
certains nous ont quittés. Ce rassemblement ne fut que bonheur,
amour, échanges, simplicité et complicité.

Nous avions tout à coup DIX ANS.

 










Ô mes mânes, Ô mes Âmes, que m’avez-vous donc fait
Pour que je vive ainsi des merveilleux bienfaits,
Entouré d’âmes pures et d’êtres exceptionnels
Baigné dans la forêt des Cévennes éternelles.

Des moments de bonheur, de rires bienfaiteurs,
De franches amitiés et d’amour salvateur,
Où le temps et l’espace s’étaient réunifiés
Pour nous permettrent ainsi de mieux communier.

De Jésus à Bouddha, de l’Islam à Baptiste,
Rien ne fut épargné, schismes et catéchistes,
L’humour, l’amour, la paix et franches rigolades,
Descendaient de là-haut au cours de nos balades.

Hédonistes d’esprit cueillant la vie qui passe
Et s’arrête un instant d’éternité fugace,
Pour saisir l’essentiel des vagues de passage,
Des accès de tendresse et de baisers bien sages.

Se retrouver ainsi et se redécouvrir,
Après des décennies de passé à venir,
De peines et de joies, de gloires et de larmes,
Des  visages d’enfants nous revenait le charme.

À  nos hôtes divins, Jean-Claude et Dominique,
Pour qui le verbe « aimer » n’a rien de symbolique,
Mes pensées sont vers eux, je dédie ce poème
Et nomme ce moment, volontiers Carpe Diem.

 

Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires

Jef 11/07/2007 09:50

Salut JCharles, C'est une fois de plus très beau tout simplement!! @+

dubois 05/07/2007 22:29

merci mon cher Jean Charles,tu es un etre plein de sensibilité,de legerete,de tendresse et de charme..d intelligence et d humour...
ce n est pas une declaration ,c est juste ce que tu es je crois.
je suis heureuse de t avoir revu et d avoir partage ces merveilleux moments avec toi et avec tous..à bientot