Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 17:09

Payer de sa personne peut être différent

Si  on est homme ou femme ou simplement humain

S’engager, s’exposer, accepter l’examen

De son académie par un œil  tolérant.

 

Couché sur le sofa en regardant sa vie

S’écouler, et confier à un presqu’ inconnu

Les intimes replis de son esprit tordu,

Les méandres psychiques d’un cerveau asservi.

 

Payer de sa personne c’est aussi militer

Pour des causes perdues, pour de justes idées.

Quoique dans ce domaine, la raison abordée

N’est pas raison gardée, mais plutôt délitée.

 

A vouloir justifier la raison ou l’idée

On affaiblit le sens, la portée du discours.

Celui-ci devient terne et ne vient au secours

De l’idée qu’il portait jusques à la vider.

 

La raison de l’idée est l’apanage de l’homme

Une idée fixe échappe à la raison courante

Se fixer les idées c’est les rendre apparentes

Et pouvoir les porter à travers les forums.

Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires