Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 23:26

Mânes de mes aïeux, protégez bien mon âme

Romantique et rustique, elle paraît si légère

Dans mon cœur épuisé et trahi au grand dam

De mon être opprimé par l’horrible mégère.

 

Cette vilaine femme, tous les jours me poursuit,

De son zèle imbécile, cette harpie me hante

Et  m’entraine aux enfers. Une belle de nuit

Qui dirait : « Viens ici, comme je suis charmante ».

 

Chérubins, séraphins, venez à mon secours,

Protégez-moi d’icelle, de sa voix de velours,

De sa beauté étrange qui chagrine et ravit

Et me plonge en silence, dans le noir, à l’envi.

 

Le voile gris et flou qui recouvre son corps,

La rend plus désirable que la belle Vénus,

Aphrodit’ callipyge, toutes voiles dehors,

De la terre, sur la terre, elle apparaissait nue.

 

La beauté n’est que fard, la raison de l’esprit

Ne se voit n’y s’entend, nous sommes trop grossiers

Pour que nous la sentions et notre parti pris

Nous empêche de voir et de la vérifier.

 

Toute l’humanité en souffrira toujours,

De ce parfum de soufre et de tendre passion,

Que l’on nomme au besoin le sentiment d’amour

Ou attrait du désir et de la tentation.

 

 

 

Jean-Charles Theillac

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires