Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

13 mai 2007 7 13 /05 /mai /2007 21:50

Un poète en folie, c’est une âme damnée

Vivant par les idées et les pensées d’autrui.

C’est pour ça qu’il lui faut exorciser l’idée

Qui hante son esprit et lui ruine la vie.

 

Du torrent dévalant le flanc de la montagne,

De la fleur qui éclot le matin au soleil,

À la belle aperçue au pays de cocagne,

Le poète ne semble à nul autre pareil.

 

Son ressenti à lui est habillé de gris.

Il contemple le monde sans y participer

Et traverse le temps sans qu’il en soit aigri.

Le sentiment d’amour est sa finalité.

 

Il panache les mots et sait les habiller,

Pour en faire des vers  comme des boucliers.

Ses souhaits, ses désirs, il sait les publier,

Mais à la table d’hôte, il n’est jamais convié.

 

Le prisme dans lequel il regarde la vie

Est irisé de tons aux vibrations pastelles

Qui inondent son cœur, son âme et son esprit.

C’est une contrebasse au fond d’une chapelle.

 

Comme pour s’enhardir,  il ouvre grand son cœur,

Et offre un bon asile aux êtres dépourvus

D’amitié, de paix et d’un destin flatteur,

Qui sont en quelque sorte placés en garde-à-vue.

 

Mais si son cœur est grand, il n’est pas moins fragile.

Il garde les séquelles des peines et des secousses,

Passées ou à venir et des joutes futiles

Qui ternissent la vie et l’humeur qu’elles courroucent.

 

C’est aussi une chance dans sa vie de pouvoir

Exprimer ce qu’il pense et tous ses sentiments,

Ainsi que ses désirs avec une écritoire,

Équipée d’une plume et de maints instruments.

 

Du miel pour les douceurs, du calmant pour les maux,

Du caustique pour les cons, du piquant pour méchants.

Décapant à idées, vinaigre pour les mots,

Satirique et narquois pour un mauvais roman.

 

Mais je préfère écrire des poèmes pour vous

Mesdames,  inconnues qui traversez mes rêves

Et me faît’s regretter de n’être pas à vous,

Un tout petit moment pour goûter à vos lèvres.

 

13 mai 2007

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires