Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 22:32

Sentiment de désir, c’est un  vide à remplir.

Assouvi, il devient un très beau souvenir.

Avant qu’il ne s’éteigne, étais-je plus heureux ?

Ou quand il fut comblé, un après vertueux.

Désirer c’est surtout exprimer un vouloir.

Je désire donc je veux, faut aussi le pouvoir.

Le désir en question, n’est en rien capricieux,

Il évoque avant tout le désir amoureux.

Il est fort, il est beau, rien n’atteint son pareil,

Et puissant comme le feu qui couve et puis s’éveille.

Il est plein de mystère, sauf l’imagination

Qui nourrit l’irréel jusqu’à la tentation.

Désirer c’est aimer, jusqu’à l’inexprimable,

C’est atteindre l’Olympe des pensées ineffables.

C’est souffrir beaucoup de l’absence de l’autre

Et vivre une galère disant des patenôtres.

Le désir assouvi est parfois décevant.

Ce n’était dans ce cas qu’un vilain chenapan

De mânes s’amusant, à me laisser penser

Qu’à l’être désiré, je pouvais en rêver.

Mais acceptons l’augure que cela fut royal,

Et puis que par bienfait, l’autre en pensées égales,

Le désir est alors un sentiment divin

Et mérite autre chose, qu’un traitement mondain.

 

Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires