Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 16:12


 

Le jour de ses obsèques, de grands esprits ont lu

D’élogieuses et savant’s louanges à son encontre.

Je ne peux donc avoir, pas de malentendu,

L’insolente superbe de vouloir aller contre

C’est au petit matin d’un jour si ordinaire

Que tu t’en allé rejoindre ton Seigneur.

Tu consacras ta vie à tous les pauvres hères,

Et construisis des lieux où régnait la chaleur.

La chaleur de ton cœur, ton regard et tes yeux,

Ne  pouvaient pas cacher, ton amour pour les Hommes.

Ton Verbe était si juste, quand tu parlais de Dieu

Que le peuple écoutait, n’y mêlant pas l’opium.

Tu portais ton symbole partout où tu allais,

Tu savais profiter des micros, des télés.

Les médias pour ton œuvre, ouvraient grand leur Palais,

Et tu y rayonnais comme un astre étoilé.

Maintenant que tu sais où tu es arrivé

Dans la grande Lumière, près de l’Etre éternelle,

Reposes toi enfin d’une vie achevée,

Et met les malheureux sous ta sainte tutelle.

Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires