Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 17:26














Un petit fils ? Un’ petit’ fille ? Je ne sais pas.

Pas encor, incertain, après douze semaines.

Mais sa main, je le sais, elle est là, je la vois.

Elle nous dit, semble-t-il, attendez que je vienne.

Peu importe d’ailleurs qu’il soit mâle ou femelle.

C’est un être nouveau, un enfant  de ma fille,

Un enfant de l’amour, peut-être un prix Nobel.

Que cette âme noble et belle, vienn’ dans notre famille.

Nul ne sait de sa vie ce qu’il en adviendra.

Une bonne santé, une tête bien faite,

Et le reste sera et fera ce qu’il doit.

C’est ainsi va la vie, jour après jour refaites.

Nous allons lui offrir une terre en chaleur

Et des glaçons qui fondent, une marée qui monte

Un av’nir incertain, des conflits ravageurs

Des sous dessus dessous, à ce point là, j’ai honte.

Cette main qu’il nous montre nous met peut-être en garde,

Ou nous fait un salut, comme un « bonjour la vie ».

Son profil apparaît, sa naissance me tarde,

J’eus préféré pour lui, inventer l’utopie.

 

Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires