Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

6 décembre 2006 3 06 /12 /décembre /2006 15:41

C’est un après-midi d’automne, début décembre.

C’est le temps de l’ Avent qui précède Noël.

La nature clémente, a conservé ses ambres,

Les parterres de fleurs s’imaginent immortelles.

 

Pour les petits, ce temps est rempli de bonheur.

Les adultes ressentent les nostalgies d’antan.

On prépare cadeaux, présents avec ardeur,

Sapins enguirlandés, crèches pour les enfants.

 

Je pense et réfléchi aux familles « d’en bas »,

Pour qui le père Noël est un arrache-cœur.

Il faudra inventer et soigner le repas,

Se saigner pour offrir un moment de bonheur.

 

Des Marchés de Noël, de plus en plus nombreux,

Aux vitrines garnies des magasins offrant

A regarder, et puis à admirer ce que

L’on ne peut pas saisir, dans ses mains le présent.

 

C’est un peu « la grande bouffe », l’abondance étalée,

Aux yeux des tous petits, et de tous les enfants.

Ça frise l’obscénité et la duplicité

D’un corps social hautain, aveugle et méprisant.

 

Le bon vieux père Noël, a été sacrifié

Sur l’autel païen de la mondialisation.

Il reste des icônes, à jamais glorifiées

Que les marchands du templ’ ne chang’ront en millions.

 

Jean-Charles Theillac 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires