Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

21 novembre 2006 2 21 /11 /novembre /2006 23:43

Pompier, sapeur ? De rien merci !

Sapeur pompier, bon pied, bon œil,

La peur pompée, mon pied voici.

Sa peur, son pied, voilà l’écueil.

Vigiles urbani, à l’époque

Libertini ensuite à Rome,

Subir les fumées qui suffoquent,

Sauveurs de la vie du forum.

Ils sont toujours Libertini
Très urbani, « ité » en plus.

Urbanité, c’est pas fini,

Humanité au dépourvu.

Courage à eux les courageux,

Péri certains, des gens sauvés.

Dévoués à tous malheureux,

Même aux heureux ils sont portés.

Pimpon, pimpon, bobo ici.

Allo 18, j’peux plus sortir.

Le feu au cul, ça marche aussi.

Pimpon, pimpon, faut réfléchir.

Pompin, pompin, la grande échelle

Est déployée, le froid et l’eau,

Le feu, la fumée, c’est mortel,

Tiens bon la rampe et sauve ta peau.

Sauver ou périr, c’est le pari,

Cruel dilemme, que ce constat.

Sauver, les corps endoloris.

L’enfer du feu en postulat.

 

Respect, Messieurs, soldats du feu.

Votre mission, avec bonheur.

C’est un métier, un devoir que

Vous remplissez, avec honneur.



Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires