Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

4 septembre 2006 1 04 /09 /septembre /2006 21:31

    Nous nous sommes revus, après de longues absences.

    Nos plaintes, nos regrets, nos soupirs, nos tensions,

    Se sont évanouis.

    Un temps de pénitence, ce soir là a pris fin,

    Un temps bien court hélas ! Un moment sibyllin.

    L’un et l’autre avions faim après cette abstinence,

    De caresses, de regards, de quelques attentions,

    De nos élans enfouis.


    Tu voudrais bien partir vers l’amour et ses sens,

    Tu voudrais ressentir les plaisirs, les désirs,

    Ta mémoire fait défaut.

    De nos noces nocturnes, de nos tendres ébats,

    Nos souvenirs s’épuisent et nous laissent babas.

    Avons-nous bien vécu tous les plaisirs intenses ?

    Avons-nous fait le tour de la rue des plaisirs,

    Et ses divertimentos ?


    Puis est venu le temps de la séparation.

    Le temps où l’on regrette, le temps toujours trop court.

    Les remords apparaissent.

    Un lampadaire éclaire nos étreintes galantes,

    Sa lumière nous gène, elle paraît indécente,

    Ton corsage est ouvert, ma main fait diversion,

    Mais très vite, attentive, t’ajustes tes atours,

    Et mets fin aux caresses.


    Jean-Charles Theillac

       

       

       

       

       

       

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires