Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 14:49
  • Symbole de liberté, compagne des obsessions,

    De celles qui font mal et n’ont pas solution,

    Je te gribouille, je te rature, je te bafouille,

    Je m’écrabouille sur ton format où je vadrouille.

     

    Comment vais-je raconter ce que je ne sais pas ?

    Comment vais-je écrire ce qui ne se voit pas ?

    Je vais te dompter, te contrôler, te mater,

    Les muses m’aideront à te tournebouler.

     

    Quelques noircissures très vite apparaîtront

    Et tu verras, ma belle, que des idées naîtront.

    Si mes idées renaissent, t’avoueras-tu vaincue ?

    Je leur dirai à tous : «  Alors, vous avez vu ! »

     

    Qu’elle est belle ma feuille, n’est-ce pas, petit con ?

    Le jour où tu sauras tracer la partition

    Des traits, des ronds, des barres aux T, des E dans l’O,

    Des apostrophes et des virgules, allegretto,

     

    Tu pourras la tourner ta page et avancer

    En croyant fermement l’avoir bien mérité !

    Avant d’en prendre une autre, n’oublie pas, petit con,

    Que cet’ page était blanche et tires-en la leçon !

     

    Car avant d’être blanche, papyrus elle fut.

    C’est une longue histoire qui nous est parvenue

    Surtout, ne la perds, près de toi garde-la.

    C’est ton acquis, ta vie, tes larmes, ton karma.

     

    Elle est l’ aboutiss’ment et le vade-mecum

    De nos joies, de nos peines, de la pensée des hommes.

    Elle est, aussi, mémoire et permet de graver

    Les mots dans nos neurones et pour l’éternité.

    •  
      Bayonne le 19 Juillet 2005 
      •  Jean-Charles Theillac


Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires