Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 00:07


On est sûr maintenant que l’ancien communisme,
Est très précisément, l’inverse ou le contraire,
Du très valorisant nouveau capitalisme.
N’en déplaise à certains, les deux font bien la paire.

Pendant soixante années, les plus grandes an’ ries
Nous ont été vendues pour de l’argent comptant,
Rostro, au pied du mur, comme une walkyrie,
A bouté les soviets au-delà des Balkans.

L’oncle Sam aujourd’hui, supporte l’anathème,
Et c’est plutôt funèbre, qu’est cette marche là.
« La mine triste, les yeux battus et les joues blêmes »,
Raisonne l’hallali, pour qui sonne le glas.

Une troisième voie est en-train d’enfanter.
Pourvu qu’elle ne soit pas une hydre éternelle,
Qui renaît chaque siècle d’un cerveau éventé,
Pour mieux nous couillonner de rapports paternels.

Le « nuage atomique » ne pass’ra pas chez nous.
Bien trop peur de Sarko, il se détournera
Vers d’autres pauvres gens, un peu « mous du genou »,
Qui n’ont pas élu eux, un ténor « d’Opéra ».

Comme disait Coluche, faut pas nous prendre, que,
Pour des cons. Car enfin, c’est pas bien de gagner
Trop d’argent virtuel et se cacher, quoique,

D’un tel état d’esprit, on peut s’en indigner.

Jean-Charles Theillac

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Poésie Politique
commenter cet article

commentaires

michel valenti arola 30/11/2008 10:39

 
DES PEURS, DES SALADES PUIS DES RÊVES
Ils nous vendent des peurs, des salades puis des rêvesqui ne restent que des rêves, des promesses pour plus tard,pour ailleur dans un autre monde, le style est le mêmeagenouillistes, ensoutanés, embalés ou en costarils utilisent ciniquement les mêmes poemes.
Ils nous vendent des peurs, des salades puis des rêveset ça marche depuis des siècles et des sièclesà croire que l'homme, l'humiliation il l'aimeà croire que la femme, l'humiliation est sienneà croire que l'idée même d'humanisme  en crêve
Ils nous vendent des peurs, des salades puis des rêvesnous abreuvent de phrases vides et de slogans;gesticulent à tous vents, sans régler les problêmesils s'auto-satisfont de leur médiocrité à relentsnauséabonds, c'est la droite dite sereine.
Ils nous vendent des peurs, des salades puis des rêvesdécomplexé ou pas, la droite sera toujours la droiteils n'ont qu'une religion, celle du tout pour eux-même,pour les leurs et dieu pour tous, nous y avons droit,dieu et le paradis, ne coûte pas chers, ils nous y emmenent
Ils nous vendent des peurs, des salades et des rêvessuivez le guide, c'est la cour des miraclesmais surtout ne pas en attendre pour nous mêmeils jouent à l'UMP comme au PMU, font de l'oracleune orientation politique, qu'est ce qu'ils sont blêmes...
                                                mva