Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

21 mai 2008 3 21 /05 /mai /2008 00:10

Je me retourne un peu, pour regarder derrière
Là où mes yeux ne voient et mon ouïe se tait.
Le chemin parcouru est parsemé d’ornières
J’y tombe et me relève, saoul de coups et de plaies.


Puis mon regard se tourne vers un futur bien gris,
Qui me hante et m’obsède, au fur et à mesure,
Des jours qui s’égrènent, comme des grains de riz
Glisseraient de ma main, jusqu’au fond de l’azur.


Ce bel arc-en-ciel, paraîtra-t-il un jour,
Couvrant la terre entière et unissant les Hommes
De bonne volonté, comme au premier des jours ?


Mais avant qu’il advienne, combien de femmes et d’hommes,
Périront dans la gangue des viles absurdités,

Tissée pour eux, par eux, à tout’ l’humanité.

Jean-Charles Theillac
21 mai 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Le sonnet du jour
commenter cet article

commentaires