Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 22:56

Pour habiter ces murs et me trouver chez moi.

J’ai un trou dans mon âme que rien ne peut combler,

Ces lieux sont froids et vides de nos anciens émois,

Pour permettre à nos sens d’y trouver leur « meublé ».

 

La pâleur de ces murs, leur uniformité,

Font l’effet d’un Palais de béton brut et froid,

Que même les fantômes ne peuvent habiter,

Bien encor’ moins mon âme, pour me sentir chez moi.

 

J’y vis pourtant, contraint et sans aucun allant.

Sans ressentir enfin, en y passant le seuil,

De pénétrer chez moi, et d’être dans l’élan

D’avoir un domicile, un nid, un port d’accueil.

 

Mon âme n’y est pas, ni une autre d’ailleurs

Je veux l’intimité d’un foyer chaleureux

Et non pas ce confort des nouveaux « orpailleurs »

Du Nasdaq et du Cac, un peu aventureux.

 

S’il devait y avoir une moralité

A sortir de cela, et servir de « visa » :

N’habitez pas un lieu qui n’y est pas déjà

Par des âmes bien nées, depuis nombre d’années.

 

Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires