Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

14 février 2008 4 14 /02 /février /2008 11:28

C’est l’histoire d’un homme, qui se savait aimé,

Mais qui ne pouvait pas exprimer son amour.

Il avait toujours cru qu’il suffisait d’aimer,

En se disant tout bas, que c’était pour toujours.

 

Ses silencieux « je t’aime » n’avaient d’autre fortune

Que le cri étouffé d’une voix qui se meurt

Au fond d’une vallée, dans une nuit sans lune,

Et s’éteint doucement, sans aucune rancœur.

 

Ses intentions valaient les plus belles pensées.

Ses qualités d’amant étaient pourtant perçues

Du plus beau des effets par les femmes aimées.

Au moment des « je t’aime », elles étaient éperdues.

 

Amoureux de la vie, silencieux transi,

Il était malheureux de sa vie amoureuse

Normale en apparence. Il éprouvait l’ennui

De ne pouvoir jouir d’une existence heureuse.

 

Un sourire, une phrase, une petite attention,

Aurait pu déclencher un début d’expression.

Il s’en fallut de peu pour la Saint Valentin

Qu’il ne lâcha enfin ce complexe enfantin.

 

Mais l’habitude aidant, il se tut à nouveau

Silencieux et triste, il remit à demain

Les gestes et les mots qu’il tenait bien au chaud,

Au fond de sa pensée, à portée de la main.

 


Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires