Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

4 novembre 2007 7 04 /11 /novembre /2007 20:33

A la Toussaint, hier, on a fêté nos morts.
Ceux qui nous ont quittés, trop tôt à notre goût
Pour rejoindre dans l’au-delà d’ailleurs, le sort
Des âmes et des esprits, le peuple du Grand Tout.

A chacun le loisir d’interpréter cela.
Le néant ou l’esprit, le vide ou l’invisible,
L’esprit humain existe, et survit au trépas
Pour transcender la vie, rejoindre l’indicible.

Qu’il s’appelle Yahvé, Jésus, Bouddha, Allah,
Qu’il soit venu sur terre, ou qu’il doive y venir,
Nous émanons du Tout de Lumière, de l’aura,
Qui est, fut et sera, de l’Homme l’avenir.

Mais il est des croyants au pari le plus fol.
Après, c’est le néant, le retour à la terre
De matière à poussière soumise au Dieu Eole
L’homme peut bien penser, il devra laisser faire.

Loin de moi cette idée qui d’ailleurs n’en est pas,
Croire ou ne pas croire dans l’après de la vie
Là n’est pas la question, puisque à son trépas
L’homme se transcende et redevient Esprit.

Affirmation gratuite me dira-t-on demain !
Personne n’est tenu à penser de la sorte,
Hors de toute croyance en un Dieu souverain,
L’accès à la Lumière est pour beaucoup la Porte

Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires