Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

5 octobre 2007 5 05 /10 /octobre /2007 22:50

Je publie ce texte sur les mots de mon amie Dominique Paulhiac pour qui les mots sont sa pensée profonde et traduisent fort bien sa personalité. Les maux et les mots sont parfois complices, pour nous détruire et non pour ce qu'ils sont faits. A déguster sans modération.

Quand les maux...Les mots ...s'en mêlent...s'emmêlent

Quand les mots qui nous viennent en bouche,
Nous éclaboussent jusqu'aux oreilles
Quand ils frappent, percent le coeur et font mouche.
De souvenirs usés, de querelles si vieilles,
Qu'ils s'alourdissent en vaines joutes,
Ils servent  alors un combat, sans nul doute
Habité de vide, déserté de soi,
Et ils tombent les mots, parfois,
bien bas.
Alors, taisons-nous.

Quand les mots qui nous viennent en bouche,
jugent sans appel, ils se font plus perfides.
Ils deviennent sourds,  et seul l'écho les touche,
les répète sans fin...pour rien,
Mots perdus, infertiles
sans aucun lendemain.
Ils sont tous inutiles
Alors,  taisons - les.
 
Pour tous les mots imbus,
Trop faciles, mots lâchés
pour se dissimuler.
De ceux qui n'ont pas pu
renoncer au pouvoir,
de toute certitude imposée.
Les mots qui n'ont pas su
partager leur savoir
Qui parlent sans rien voir
et n'entendent qu'eux même.
Pour ces mots,  trop de peine.
Alors préférons le silence
A tous les mots crachés, sans égard ni patience...

Qui tranchent sans réplique à ceux qui se soumettent
Pour ceux qui ont besoin de vérité acquise,
alors qu'ils se confortent,
sans effort, à leur guise.
.A tous les mots de trop, je veux dire ceci :
Quand bien même, vous ayez  aussi le dernier mot,
l'argument percutant dont vous vous glorifiez,
ne fait honneur qu'à l'expression du sot
Qui croit avoir compris,
mais n'a rien entendu...ou si peu...quelle misère!
Qu'il aurait, sans nul doute, bien mieux fait de se taire.

Alors...

Cultivons le silence
Lorsqu'il est habité
de simple bienveillance
Et les mots retrouveront leur juste dignité

Dominique Paulhiac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans Témoignage
commenter cet article

commentaires

Sév 06/10/2007 18:15

Chut...