Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 22:36

Une flèche a brisé dans mon for intérieur,
Quelque chose de bien qui me venait d’ailleurs.
Cupidon a eu l’heur de ne pas la stopper,
Malgré l’aide et l’appui qu’il m’avait accordés.
C’est qu’elle devait frapper ma conscience enterrée,
Au point de renoncer à toute volupté.

 
Les belles aquitaines qui m’avaient approchées
Et qui semblaient me dire : «  qu’avez-vous à piocher ? »
Dans mon jeu sans atout, elles demandaient les dames,
Par le roi j’entamais, et me retrouvais nu.
Devant autant d’aplomb détenu par ces femmes,
Je cessais la partie,  faute à ces ingénues.

 
Il m’est bien arrivé d’avoir quelque succès.
Éros et Cupidon ont usé à l’excès
Des flèches de tout bois pour transpercer les cœurs
De ces dames en goguette sur le sentier d’amour,
Qui monte et puis descend, mais qui mène toujours,
Vers de gris pâturages, sans vaincu ni vainqueur.

 
Je n'renonc'rais jamais à l’art d’aimer les femmes.
Du moindre de ses bustes, à Vénus elle-même,
J’admirerai les belles, jusqu’à ce qu’elles m’aiment,
Même si je devais leur ouvrir(e) mon âme.
Et si par nonchalance, je passais le délai,
Sifflez-moi, s’il vous plait, je suis parfois distrait.

 

 

Jean-Charles Theillac

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires