Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

21 septembre 2007 5 21 /09 /septembre /2007 17:53

Se faufile et s’engouffre,

Envahit et se mêle

Dans les pensées intimes,

Il insuffle le soufre

Dans un bain d’hydromel,

Il cherche sa victime.

 

Le doute s’immisça insidieusement.

 

Il s’agit bien du doute

De celui qui détruit

Les hommes et les femmes

Et qui met en déroute

Les intentions d’autrui

Pour les penser infâmes.

 

Le doute s’immisça insidieusement.

 

Douter d’un sentiment,

D’une volonté d’aimer,

Douter d’être l’aimée

Et d’en être autrement,

Douter par volonté

Enfin douter d’aimer

 

Le doute s’immisça insidieusement.

 

Je me doute, tu te doutes,

Ils se doutent sûrement.

Elle semblait en douter,

De son sang, une goutte

Suffira, c’est tentant

De ne pas y goûter.

 

Le doute s’immisça insidieusement.

 

Mais jalouse et perverse

Elle préféra se taire.

Emmenant avec elle

Les rêves qui la bercent

Consommer l’adultère

Dans le doute qui s’en mêle.

 

Le doute s’est immiscé insidieusement

Jean-Charles Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires