Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 23:28

Allégresse au printemps, mélancolie d’été,

Le cycle des saisons ne fait que me heurter.

Ah ! L’affectivité des humeurs et des songes,

Obsessions passagères, paranoïa d’éponges.

 

Puis l’automne tend son voile et ses contrariétés,

Dans un flot de pourquoi, il clôt enfin l’été.

Muse de mes tempêtes, acceptez mon offrande,

D’un cœur si claudicant mais qui vers vous s’amende.

 

Lointaine amie de cœur. Oh ! Toi âme sœur,

Mystérieuse et discrète, tu te reconnaitras.

Ton amour pour cet homme silencieux de pudeur,

Ne le ternis jamais, d’un voile de fatras.

 

Je voudrais tant te dire, ce que nos âmes savent,

Il ne m’est pas permis d’en énoncer le fruit

Et de crever le mur de l’indicible entrave,

Pour exprimer enfin, mes pensées à autrui.

 

L’hiver va bientôt tendre un blanc manteau de nacre.

Dans les bois, dans les prés de tes proches montagnes,

Rejette loin de toi le moindre simulacre

D’étreintes passionnelles, que l’âtre en témoigne.

 

Hâtons-nous, chère amie, vers la félicité.

Vivons comme il se doit ces décennies enviées.

Carpe diem(e) sera notre dernier souhait,

D’accomplir le chef d’œuvre de la pierre pour la Paix.

 

4 septembre 2007

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires