Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans ma rue

Créé en 09/2006, ce site a enregistré
35 314 piétons pour 116 030 vitrines vues.

 

Un poète qui ne dérange pas, ne sert à rien

Félix Leclerc

Recherche

Catherine Maisse

Les plus belles chansons de Catherine Maisse ont été rééditées en CD par mariannemelodie.fr

Histoire de roses
Les boîtes à musique
Chacun sa prière
Le temps des cerises
Paris...5 heures du matin
Voyage à Robinson

Pages

Annonces

Voyez en bas de pages, quelques oeuvres de mon ami

Contact

05 47 02 72 89
  jctheillac@gmail.com

28 août 2007 2 28 /08 /août /2007 19:15

Un très petit garçon, vivant à la campagne,
Etait soudain parti son chapeau à
la main
Et un poisson dans l’autre, voir ses petits copains.
Qu’espérait-il trouver le pays de cocagne ?


Il avait échappé au regard de sa mère.
Dépasser le jardin, cela était très mal.
Il monta la Cavée, petit chemin de terre
Au bout duquel passait, la route nationale.


Son poisson rouge et son chapeau de paille en main,
C’était vers l’inconnu, le total interdit,
Qu’il marchait d’un bon pas chercher  je ne sais qui.
Seul,  il parlait du gros et du petit copain.


C’était deux personnages qu’il s’était inventés
Pour meubler ses pensées, occuper ses journées,
À
régler les conflits des copains de Lanlan,
Avec souvent de peine mais avec grand élan.


Il marchait sur la route, inconscient du danger.
Sa mère avait très vite ameuté les voisins.
L’inquiétude montait dans ce petit quartier.
À cinq ans, en plein jour, il ne peut aller loin !


À
une lieue de là, il marchait mon Lanlan.
Il avait dépassé le village voisin,
Sa peine était très grande, il cherchait sa maman.
Et il ne savait plus où était le chemin.


Un brave homme qui circulait par là, à vélo,
Le reconnut et vit que cet enfant pleurait.
Après quelques questions, il comprit illico,
Et prit le garçonnet, décidé mais inquiet.


Quel soulagement ce retour de Lanlan,
Le chapeau et l’ide ne l’avaient pas quitté.
La maman libérée ne sut pas le gronder,
Bouleversée, émue, d’un bonheur aussi grand.

28 août 2007

 


Jean-Char'les Theillac

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Charles THEILLAC - dans POEMES
commenter cet article

commentaires